Vous êtes ici

Partager

La Bibliothèque centrale du Hainaut a été reconnue dans le cadre du décret de 2009 de la Fédération Wallonie-Bruxelles comme opérateur d’appui. Son territoire de compétence c’est donc toute la province et ses bénéficiaires, les opérateurs directs – ou bibliothèques locales –  des 49 communes qui organisent un service public de la lecture reconnu dans le cadre de la même législation.

Comme son nom l’indique, l’opérateur d’appui, l’OA pour les intimes, est un opérateur de seconde ligne dont le rôle principal est d’apporter son soutien au réseau des bibliothèques hainuyères dans l’exécution de leurs missions auprès des publics.

Son intervention prend des formes multiples : aide technique, logistique, financière, organisationnelle, aide à l’animation, mise à disposition temporaire de personnel, collections d’appoint, etc.…

Travailleurs de l’ombre, les membres de la petite équipe de l’OA sont peu connus du grand public. En effet,  leurs tâches, pourtant essentielles tant à leurs usagers directs – les bibliothèques – qu’à travers ceux-ci, à leurs usagers finaux – les citoyens, ils les réalisent dans leurs bureaux, derrière leur PC, dans des hangars de stockage ou en sillonnant les routes de Comines à Thuin en passant par Ath, La Louvière ou Charleroi.

Un peu comme dans une ruche, ils s’activent tous ensemble avec ardeur au même objectif mais exercent comme les abeilles quelque 7 fonctions différentes :

  • - Les catalogueurs effectuent toutes les tâches techniques liées aux collections, commande, réception, description bibliographique, indexation et mise à disposition du réseau.
  • - La cellule OpérA, constituée de bibliothécaires mais aussi d’un informaticien assure la création, la gestion et la maintenance du catalogue collectif et du portail Bibliothèques.Hainaut qui permet à n’importe qui, n’importe quand, n’importe où de savoir si tel documentaire scientifique, tel album de bande dessinée, tel roman fait partie des collections de telle(s) bibliothèque(s) du réseau et de le réserver.
  • - La bibliothécaire gestionnaire du prêt inter-bibliothèques et les chauffeurs de la camionnette provinciale se chargent quant à eux de rechercher les livres demandés par les lecteurs dans le réseau mais aussi dans les autres provinces et d’organiser leur acheminement et leur retour.
  • - Les animateurs conçoivent, préparent, réalisent, à la demande ou d’initiative, des animations  « clé sur porte »  pour compléter l’offre des bibliothèques locales.
  • - Les conservateurs/dépouilleurs se consacrent à la gestion des périodiques dont ils assurent à la fois la sauvegarde dans le cadre d’un plan de conservation partagé interprovincial et le dépouillement qui signale au lecteur via PERIOCLIC que l’article sur Bali qu’il aimerait relire se trouve à la page 27 du n°72 du magazine Géo de l’année 2014 et que la bibliothèque de Morlanwelz auprès de laquelle il est inscrit tient la revue à sa disposition ou peut lui envoyer une copie du texte par email.
  • - Les formateurs mettent eux-mêmes leurs compétences à disposition ou recourent à des personnes ressources extérieures pour assurer la formation continuée des bibliothécaires de tout le réseau.
  • - Attaché à l’opérateur d’appui, le Centre de littérature de jeunesse André Canonne (CLJ) avec ses collections patrimoniales composées de livres pour enfants de tous les pays et de toutes les époques constitue un écrin idéal pour toutes les formations orientées jeunesse. Les autres formations, plus techniques, en lien avec les animations ou encore de culture générale s’organisent au sein des locaux de l’OA ou en décentralisation partout dans la province.
  • - Les chefs – à la différence de la ruche, ils sont plusieurs – ont quant à eux pour mission de coordonner, organiser et superviser le travail de l’équipe, de fédérer le réseau, de créer des synergies entre les opérateurs, d’initier et de gérer des projets communs, de favoriser des actions de développement territorial, de communiquer, de promouvoir, de trouver les moyens, d’assurer le relais avec les pouvoirs organisateurs et subsidiant, de rencontrer les exigences administratives.

Si la ruche compte jusqu’à 50.000 abeilles, les nôtres sont peu nombreuses, elles se nomment :

Cécile, Doriana, Francine, Jean-Denis, Judith, Laurie, Marie, Martine, Mathieu, Michèle, Nathalie,  Pascale (deux abeilles portent ce joli prénom), Patrick, Vanessa…

Elles sont ponctuellement assistées d’Abdel, Adrianna, Agnès, Christophe, Concetta, Eric, Fred, Laurent, Laurence, Martine, Mélanie, Pascal, Stéphane.

Vous ne les verrez pas souvent mais maintenant vous avez appris à les connaître un peu….