Vous êtes ici

Partager

  1 /  1

Alpha : Abidjan - Gare du Nord

BD Adultes
Gallimard 2014

Alpha vit seul à Abidjan depuis que sa femme et son fils sont partis sans visa pour Paris, Gare du Nord. La rage au cœur, il décide de tout quitter pour les retrouver. C'est toujours mieux que de pourrir sur place. Plusieurs trajets sont possibles, des années de voyage en perspective... Sur les interminables routes de poussière, l'aventure se construit au gré de ses rencontres, inoubliables. De passeurs malhonnêtes en routes désertiques, de camps de réfugiés en canots surchargés, envers et contre tout, Alpha garde le cap : Gare du Nord.

Centres d'intérêt :
Bandes dessinées  
Classification principale :
Fiction  
Sujet :
Emigration et immigration - Bandes dessinées  
Etudes transculturelles - Bandes dessinées  
Format et importance matérielle :
[N.p.] ; tout en ill. en coul. ; 27 cm
EAN :
9782070656417

.

Message d'information
Disponibilité Nom du réseau Bibliothèque Section Public Cote Statut Support Code-barres
Disponible Réseau des Bibliothèques de Charleroi - Bibliothèque Langlois UT - Adultes Espace adultes Tout public BDA/BARROUX - Imprimé 620035119
Disponible Réseau louviérois de Lecture publique - Province - Adultes/Ados LL - Service des prêts directs - Adulte 8 BAR 18.15 - Imprimé 730135174
Disponible Réseau louviérois de Lecture publique - Ville - Trivières LL - Trivières - Adulte 899 - Imprimé 540811223

Le Barroux est une commune française située dans le département du Vaucluse, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont les Barrouxier et les Barrouxières .

Le nom de la commune en provençal est L'Aubarrous, maladroitement francisé en Le Barroux. [réf. nécessaire]

Frédéric Mistral (1830-1914) indique dans Lou Tresor dóu Felibrige (dictionnaire provençal-français) qu’en provençal les habitants de Barrous (Le Barroux, Vaucluse) sont les Barroussié et les habitantes les Barroussiero[1] et que leur sobriquet est tourtouire « benêt »[2].

Les Barroussiers est le gentilé français correspondant au gentilé occitan[3]. La baroussière est un vent qui semble provenir du Barroux[4].

Les Barrouxiens est le gentilé indiqué par le site spécialisé habitants.fr[5].

On accède à ce village, perché sur un piton calcaire entre Carpentras et Malaucène, principalement par les routes départementales 938, puis 78.

Cette position perchée offre une vue à l'est sur le mont Ventoux, au nord sur les Dentelles de Montmirail et au sud sur la plaine du Comtat que le village domine, avec au sud-est et en arrière-plan les monts de Vaucluse.

Les cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon, et Pertuis sont classés en zone Ib (risque faible). Tous les autres cantons du département de Vaucluse sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[6].

La commune est située dans la zone d’influence du climat méditerranéen. Les étés sont chauds et secs, liés à la remontée en altitude des anticyclones subtropicaux, entrecoupés d’épisodes orageux parfois violents. Les hivers sont doux. Les précipitations sont peu fréquentes et la neige rare.

Dans cette commune qui produit des Ventoux (AOC) aucun vigneron ne se plaint du mistral - même violent, car celui-ci a des avantages bénéfiques pour le vignoble. Appelé le « mango-fango », le mangeur de boue, il élimine toute humidité superflue après les orages, dégage le ciel et lui donne sa luminosité, préserve les vignes de nombre de maladies cryptogamiques et les débarrasse d'insectes parasites[7].

Le nom actuel du village dérive du latin Albaruffum.

Au XIIe siècle, une forteresse militaire est érigée pour protéger la plaine comtadine (formant le Comtat Venaissin) contre les invasions sarrasines et italiennes. Elle a appartenu aux seigneurs des Baux, puis à d'autres familles nobles.

En 1274, le Comtat Venaissin, cédé par le roi de France, devient terre pontificale. En 1316, le pape Clément V établit brièvement sa curie à Carpentras, à une douzaine de kilomètres du Barroux.

Au XVIe siècle (1538), la forteresse est transformée en un château Renaissance par Henri de Revillasc qui en devient propriétaire en règlement d'une dette. De 1680 à 1690, il sera fortifié (selon Vauban).

Le , le Comtat Venaissin est rattaché à la France. Le est créé le département de Vaucluse, constitué des districts d'Avignon et de Carpentras, mais aussi de ceux d'Apt et d'Orange, qui appartenaient aux Bouches-du-Rhône, ainsi que du canton de Sault, qui appartenait aux Basses-Alpes.

Abîmé à la Révolution, le château ne sera reconstruit qu'en 1929 grâce à des fonds privés.

Durant la Seconde Guerre mondiale, il abrite un petit foyer de la Résistance qui, jugé responsable de la mort d'un soldat allemand au château en 1944, coûtera à l'édifice d'être incendié par les troupes allemandes.

À partir de 1960, de nouveaux travaux de restauration du château sont effectués.

En 1978 débute la construction du monastère bénédictin Sainte-Madeleine du Barroux, qui sera érigé en abbaye en 1989. En 2005, le couvent de moniales Notre-Dame-de-l'Annonciation est à son tour achevé.

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[9] :

Avec les taux de fiscalité suivants :

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[12],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 668 habitants, en augmentation de 5,86 % par rapport à 2009 (Vaucluse : 2,58 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

Quelques commerces de proximité sont présents sur la commune : L'Epicafé: primeur, alimentation générale, terminal de cuisson pour le pain, presse qui fait office de point poste. Et encore salon de thé, hôtel, restaurants, chambres d'hôtes... Artisans : carreleur, ébéniste, peintre-moquettiste, pépiniériste[15]...

La collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés et protection et mise en valeur de l'environnement se fait dans le cadre de la communauté d'agglomération Ventoux-Comtat Venaissin[16].

Enseignement Privé
Deux établissements scolaires hors contrat existent :

Enseignement Public